MetaMoteur du Cygne Noir

Loading

Présentation

Ma photo

Conseiller en Sécurité / Sûreté et Intelligence Économique (IE). Auditeur de la 13è session nationale spécialisée de l'INHESJ (Institut National des Hautes Études de la Sécurité et de la Justice), membre du CEDN (Comité d’Études de Défense Nationale) et membre associé de l'IHEDN (Institut des Hautes Études de Défense Nationale) / Région Lyonnaise.

lundi 3 septembre 2012

Merah: sa soeur surveillée avant lui

Huum....bizarre, vous avez dit bizarre ? Comme c'est bizarre !

Merah: sa soeur surveillée avant lui

lefigaro.fr/AP Mis à jour | publié Réactions (15)



Selon les informations de RTL, une sœur aînée de Mohamed Merah était sous surveillance avant même que les hommes du renseignement ne s'intéressent à son frère.

Proche des salafistes toulousains, Souad Merah a fréquenté des écoles coraniques, notamment au Caire, et a fourni de l'aide plusieurs fois à Mohamed Merah, en lui donnant son portable ou de d'argent liquide. Les avocats des parties civiles réclament son audition, indique encore RTL.

Souad Merah, 34 ans est "adepte d'un islam radical", indique les notes de la Direction centrale du renseignement (DCRI) qu'a consultées RTL. Elle est "fichée", détaille une note du 19 mars 2010. Neuf mois plus tard, il est précisé que la jeune femme, désormais "connue pour ses liens avec les mouvements salafistes radicaux", "a réservé quatre billets d'avion Paris-Le Caire". Souad Merah part étudier le Coran en Egypte. Mohamed suivra le même chemin l'année suivante.

Des notes déclassifiées évoquées par Le Monde dans son édition du 24 août avaient déjà montré que le frère de Mohamed Merah et sa soeur Souad étaient connus des services de renseignements depuis 2008. Le tueur à scooter était suivi depuis au moins 2009.

Le jeune Français de 23 ans se réclamant d'Al-Qaïda est décédé dans son appartement toulousain lors de l'assaut du Raid le 22 mars dernier. Il a revendiqué la tuerie dans une école juive de Toulouse qui a fait quatre morts le 19 mars, le meurtre d'un militaire à Toulouse (Haute-Garonne) le 11 mars et de deux autres à Montauban (Tarn-et-Garonne) le 15 mars.

Après sa mort, une information judiciaire pour "complicité d'assassinat", "vols en réunion" et "association de malfaiteurs" en vue de la préparation d'actes de terrorisme avait été ouverte par le parquet antiterroriste de Paris le 25 mars. C'est dans ce cadre-là qu'a été mis en examen et écroué son frère aîné, Abdelkader, qui nie toute participation aux crimes présumés de son cadet.